Hannya : Le démon qui a soif de vengeance | Eternal Japon

SPÉCIAL ÉTÉ : 20% DE RÉDUCTION AVEC LE CODE : ETE20

Rechercher

    Cette section ne contient actuellement aucun contenu. Ajoutez-en en utilisant la barre latérale.

    Image caption appears here

    Add your deal, information or promotional text

    Hannya : Le démon qui a soif de vengeance

    • 10 min lu

    HANNYA

    Si vous êtes ici alors vous êtes sûrement passionné par l'univers japonais et tous les démons que l'on peut trouver au sein de la culture nippone. Le hannya est l'un des plus connus.

    Dans cet article vous découvrirez donc :

    • Qui sont les hannya ?
    • La légende qui les entoure
    • Les origines du démon et du terme
    • La signification des tatouages hannya
    N'attendons plus pour découvrir cet article !

     

    Qui sont les Hannya ?

    démon hannya

    Les Hannya sont des esprits féminins à cornes japonais et ils sont dangereux. Les Hannya n'ont pas besoin d'un club de fer comme leurs compatriotes masculins, les Oni. La puissance d'une femme méprisée l'emporte sur les armes de fer. Selon le folklore, les femmes qui meurent consumées par la rage et la jalousie se transforment en Hannya, des esprits puissants et vengeurs.

    Les femmes qui se suicident parce qu'elles ont été rejetées, insultées, rejetées ou méprisées par leurs amants sont considérées comme particulièrement susceptibles de devenir Hannya.

    L'Hannya s'attarde sur Terre, un fantôme malveillant et destructeur, sa colère prenant le pas sur toute émotion ou conscience humaine résiduelle. Les Hannyas sont perçus comme des créatures négatives et terribles ; c'est un destin terrible que de devenir Hannya, et le message implicite est donc que les femmes doivent éviter, supprimer et sublimer la rage, la colère, la jalousie et d'autres émotions dangereuses, de peur qu'elles ne deviennent elles aussi des esprits malfaisants.

    Le masque Hannya, est peut-être le plus connu des masques Nô japonais, a des crocs et des cornes aiguisées et porte le nom de l'esprit qu'il représente. Les anciens masques Hannya semblent plus serpentins que les modernes, où l'accent est mis sur les cornes. Les Hannya que l'on décrit parfois comme des "démons serpents" peuvent avoir été à l'origine des esprits de serpent.

    Ce que nous dit la légende

    hannya femme

    La légende veut que l'Hannya était une belle femme qui s'est transformée en un démon grotesque par jalousie, haine et vengeance. Comme on dit, "l'enfer n'a pas de fureur comme une femme méprisée".

    L'histoire la plus courante est celle d'une belle femme, Kiyohime, qui est tombée profondément amoureuse d'un moine. Comme elle n'a pas pu recevoir d'amour en retour, son cœur brisé et ses émotions négatives ont transformé et déformé ses expressions en des formes effrayantes et exagérées.

    Son expression douloureuse dépeignait à la fois la rage et la misère. Le moine était si effrayé par son visage qu'il courut vers un sanctuaire et se cacha sous une grande cloche de prière, ce qui mit encore plus en colère les Hannya.

    Lorsqu'elle le trouva recroquevillé sous la cloche, elle lui souffla du feu, le faisant fondre et brûler vif son amant. Son action a scellé son propre destin de démon.

    Masque Hannya : ses origines

    masque japonais

    Le Nô est enfait un drame musical japonais basé sur des histoires de la littérature traditionnelle et joué depuis le 14ème siècle. Au sein de l'histoire, une créature surnaturelle se transforme en forme humaine et raconte le conte. Les acteurs racontent une histoire à travers des gestes, des danses et l'apparition de masques. Ils capturent ainsi l'essence de l'histoire.

    Kyōgen est une forme de représentation comique japonaise traditionnelle au théâtre. Elle est jouée comme un entracte entre les numéros de Nô.

    Le shinto est une religion ethnique au Japon, et il se concentre sur les pratiques rituelles. Le Kagura est un type de danse théâtrale shintoïste.

    Le masque Hannya représente un démon féminin jaloux, un serpent et parfois un dragon dans le noh et kyōgen Les pièces de théâtre traditionnelles japonaises et les danses rituelles Shinto Kagura.

    Le masque a une bouche d'apprentissage, des dents pointues, des yeux métalliques (parce qu'il n'est pas humain) et deux cornes pointues en forme de diable. Le premier masque Hanna date de 1558. Le masque Hannya est l'un des masques les plus reconnaissables dans les pièces de Nô.

    Ce masque représente la rage et la douleur féminine, et il est utilisé lorsqu'un personnage particulier doit être invoqué. Ces deux émotions sont difficiles à capturer en même temps. Il représente une femme obsédée par le diable ou prenant une forme diabolique.

    L'expression du masque Hannya est à la fois démoniaque, colérique, effrayante, dangereuse et tourmentée, triste, déchirante, mélancolique et douloureuse. Elle commence comme une femelle normale, mais lorsqu'elle est trahie, se met en colère et est jalouse, elle se transforme en démon.

    Lorsqu'elle tient le masque droit devant elle, elle a l'air en colère. Quand on tient le masque un peu plus bas, elle a l'air triste.

    Il est sculpté dans une seule pièce de bois et souvent fini avec une peinture de couleur très sombre. Il peut être fait pour être exposé ou pour être porté lors d'une représentation.

    demi masque japonais

    Le masque blanc :

    Il représente un statut aristocratique

    Le masque rouge :

    Il représente la classe inférieure et sombre s'il représente un démon. Il existe des masques arboricoles qui expriment le changement des émotions féminines.

    Le premier masque exprime la jalousie, le deuxième masque exprime la moitié de la folie totale, et le troisième masque est le plus triste et exprime une femme devenue complètement folle et convertie en démon.

    En langue japonaise, hannya signifie sagesse. Certaines histoires disent que le masque a reçu son nom du moine artiste Hannya, qui a perfectionné ce masque et qu'il a eu besoin d'une grande sagesse pour faire ce masque. La perfection de la sagesse transcendante est le moyen parfait de voir la nature de la réalité pour se protéger du démon féminin.

    Parfois, ces masques sont réalisés pour paraître heureux sous un angle et triste sous un autre grâce à leur sculpture complexe et détaillée. C'est à la fois un symbole japonais de la chance et il éloigne facilement le mal. D'ailleurs, le masque Hannya est un motif de tatouage que beaucoup de personnes adoptent.

    Dans une pièce, le prince Genji a épousé sa femme Lady Aoi quand il était jeune. Il avait une maîtresse, Lady Rokujo. Quand Lady Aoi est tombée enceinte, Genji a commencé à ignorer Lady Rokujo.

    haori hannya

    En colère, l'esprit de Dame Rokujo quitta son corps, prit possession du corps de Dame Aoi et entraîna la mort de Dame Aoi. Cette légende présente donc des femmes trahies et énervés qui se sont transformées en démon Hannya dans le but de se venger !

    Une queue dit que la princesse Kiyohime est tombée amoureuse du prêtre Anchin de passage. Il a surmonté son amour pour elle. Sa colère l'a transformée en serpent ou en dragon, et elle a suivi le sien. Anchin allit alors sous la grande cloche du temple pour se réfugier et se cacher. Lorsque Kiyohime le trouva grâce à ses sens incroyables, elle souffla du feu, fit fondre la cloche et il mourut.

    Une autre des queues dit que le démon Hanna tourmentait les gens. Un samouraï, nommé Watanable no Tsuna, voulait arrêter la créature. Il a attendu que la créature apparaisse, mais c'était une belle jeune femelle. Elle lui a demandé de l'escorter chez elle.

    Il la vit se changer en Hanna et lui trancha le bras avec son épée. Elle a disparu. Le samouraï a ramené son bras chez elle et l'a enfermé dans un coffre. Plusieurs années après, elle se rendit chez lui déguisée en tante, retrouva son bras et s'enfuit.

    Origine du mot Hannya

    terme hannya

    On pense que le mot Hannya vient de l'artiste, Hannyabô, qui a sculpté ce masque en bois.

    On pense que le dessin a été adapté de masques serpents antérieurs. Certains pensent que le mot "Hannya" vient en réalité du terme "Paññā/Prajñā" (般若), qui signifie "sagesse" ou "conscience supérieure" au sein du bouddhisme japonais.

    Le nom hannya (般若の面) /(般若) est un masque utilisé dans le théâtre Nô, représentant un démon femme avec une grande jalousie Il possède deux cornes acérées en forme de taureau, des yeux métalliques et une bouche lorgnante.

    Selon une tradition, ce nom a été donné à ce masque parce qu'il provient du nom du fabricant du masque, Hannya-bo (般若坊) qui a vécu au milieu de l'ère Muromachi (室町時代, 1336-1573).

    Une autre explication est que l'artiste aurait besoin de beaucoup de sagesse pour créer ce masque.
    Puis son fils, Ze-ami (世阿弥) l'a affiné et a établi une voie plus artistique.

    Le Nô (能), l'un des théâtres traditionnels japonais les plus connus, ainsi que le Kabuki (歌舞伎).

    Le Nô a été introduit de la Chine au Japon à l'époque de Nara (奈良時代/ 710-784) sous forme de pièces de théâtre variées et à la fin du 14e siècle, il a été formé comme base du Nô par un acteur légendaire, Kan-ami (観阿弥) comme nous le connaissons aujourd'hui.

    Kyōgen est une forme de représentation comique japonaise traditionnelle au théâtre. Elle était jouée comme un entracte entre les actes de Nô.

    Le shinto est une religion ethnique au Japon, et il se concentre sur les pratiques rituelles. Le Kagura est un type de danse théâtrale shintoïste.

    Caractéristiques du Hannya

    hannya caractéristiques

    Symbolique: sagesse ; plus précisément le concept bouddhiste de Sagesse Parfaite

    Référence : Hannya fait référence aux démons ou oni ; plus précisément aux démons féminins appelés kijo-et même plus précisément aux kijo qui apparaissent dans le théâtre noh.

    Il s'agissait autrefois de femmes humaines qui étaient consumées par la jalousie et transformées en démons. Le nom hannya fait bien entendu également directement référence à un type particulié de masque de démon utilisé dans le théâtre nô du Japon.

    Types de Hannya

    Il existe trois catégories d'hannya : namanari, chūnari, et honnari.

    Les hannya namanari sont des" kijo" qui ont encore une forte apparence humaine

    Ils ont de petites cornes et utilisent la magie nire pour dans le but d'accomplir leurs intentions très néfastes, comme pourquoi pas invoquer ikiryō pour ébranler leurs ennemis. Ils ne sont pas entièrement démoniaques ; il reste toujours une petite chance pour ces démons amateurs de revenir à l'humain ( même si elle est assez faible ).

    Chūnari hannya : sont des démons avec une expérience convenable. Ils ont de longues cornes plus aiguisées, des dents ressemblant à des défenses ainsi que des pouvoirs plus puissants. Cependant, ils sont tout de même encore assez faibles aux prières des bouddhistes.

    Les hannya Honnari : nous arrivons maintenant dans le sérieux ! Il s'agit du plus puissant. Ils ont des corps serpentins et respirent le feu. Les Honnari hannya ont tellement assouvi leur jalousie qu'il n'y a pas moyen de calmer leur fureur.

    Origine : Hannya vient du terme sanskrit pour désigner la sagesse - plus précisément Prajñāpāramitā, la plus grande forme de connaissance bouddhiste qui emmène à l'illumination. L'adjonction de la forme la plus accélérée de sagesse et des êtres qui représentent une polarisation directe à cette sagesse provient de l'utilisation du masque hannya dans le nô.

    Dans la pièce Aoi no Ue, un shugenja (un étrange ascétique) assanit l'esprit de la femme hannya Rokujō de Lady Aoi. Alors qu'il est battue, l'épouventable esprit s'écrie : "Oh, comme c'est abominable ! La voix de la sagesse est comme un démon !" Alors depuis, les masques de démons et la sagesse ont été associés l'un à l'autre.
    Les hannya les plus populaires de la littérature nippone sont : Lady Rokujō de Aoi no Ue, Kurozuka de Kurozuka, et Kiyo-hime de Rokujō-ji.

    Significations des tatouages de masque Hannya

    tatouage hannya

    Comme le masque était traditionnellement conçu pour changer d'expression en fonction de l'angle sous lequel on le regardait, un dessin de tatouage Hannya pouvait représenter les différentes étapes de l'émotion.

    Colère, jalousie, ressentiment : Un tatouage Hannya peut indiquer que la personne qui le porte est impitoyable. C'est pour cette raison que le tatouage est si populaire parmi les Yakuza (la mafia japonaise).

    Un membre du Yakuza qui porte ce tatouage veut que les gens sachent qu'il ne montre aucune pitié et qu'il est une force redoutable avec laquelle il faut compter.


    Le mal à l'état pur : si le masque est peint en rouge, cela indique que la femme a perdu le contrôle d'elle-même et s'est complètement transformée en démon. Quelqu'un qui porte un masque Hannya rouge est probablement allé trop loin du côté obscur.


    La passion et l'amour : L'Hannya représente une femme qui est envahie par des émotions intenses et passionnées associées à l'amour. La personne qui le porte peut avoir eu une histoire d'amour non partagé ou de trahison.

    Un tatouage de Hannya peut également représenter une personne qui a tendance à se donner entièrement dans une relation amoureuse - tout ou rien.

    La chance : dans la culture du japon, le symbole Hannya est utilisé comme une sorte d'amulette pour faire peur et éloigner les démons maléfiques et pour porter chance.

    t-shirt oni

    Certaines personnes superstitieuses portent un masque Hannya miniature sur un porte-clés pour se protéger. Se faire tatouer un Hannya permanent sur le corps est donc un moyen pratique d'emporter ce talisman avec soi, où que l'on aille.

    Dans le folklore japonais, l'Oni lui se venge et blâme les gens en leur affectant des maladies et en les dissimulant. Cela peut expliquer pourquoi le tatouage du masque Hannya est populaire parmi les membres des gangs de yakuzas, car ils punissent souvent leurs ennemis.


    Sagesse : Le mot Hannya étant un terme japonais qui signifie "sagesse", les tatouages de masque Hannya rappellent à leur porteur qu'il doit être prudent dans ses relations amoureuses.


    Esprit féminin tourmenté : L'Hannya est un symbole de la lutte humaine entre le bien et le mal. L'Hannya est triste mais devient mauvaise lorsqu'elle laisse sa tristesse se transformer en colère amère.

    Le masque pourrait être la représentation d'une femme perpétuellement hantée par un conflit émotionnel.


    Un passé hanté : si vous avez un souvenir qui vous hante mais qui vous sert de leçon, le tatouage de Hannya pourrait en être une représentation. Certaines personnes pensent également que le Hannya pourrait empêcher le passé de se répéter.

    Le tatouage pourrait également symboliser une période difficile et émotionnelle de votre passé que vous avez conquise.


    Le théâtre : Un interprète de pièces de théâtre traditionnelles japonaises pourrait se faire tatouer ce tatouage pour symboliser sa profession et son amour du théâtre et de la culture japonaise.

    Couleur et signification

    tatouage couleur hannya

    Vous avez peut-être vu le masque japonais Hannya en différentes couleurs.

    Intensité de la couleur

    Une croyance veut que plus la couleur d'un masque Hannya est profonde, plus il est censé être en colère ou malveillant.

    Un masque Hannya au teint plus clair signifie que celui qui le porte n'est pas encore un démon. Les cornes sont souvent plus fines et de moins grande taille. Un tatouage Hannya de couleur plus claire signifie que le porteur est encore à ce stade un humain mais qu'il est trouvlé par les démons.


    Un rouge plus foncé représentera alors quelqu'un qui a déjà vécu un passé inferrnal. Un rouge foncé profond symbolise une personne remplie de rage qui souhaite se venger et répandre la terreur.


    Peut-être que le masque Hannya devrait se limiter aux seules couleurs traditionnelles. Il existe des motifs qui vont du blanc et du rouge d'origine au bleu, au violet, au vert, au jaune, au noir ou à toute autre teinte.

    En bref, l'important ici c'est que le tatouage représente l'ambiance voulue et s'accorde avec les couleurs générales utilisées dans l'ensemble du tatouage.

    Le Hannya au sein de la fiction

    rurouni kenshin

    La culture japonaise a grandement inspité la culture pop ainsi que la fiction. Ainsi vous pourrez retrouver ce démon au sein de différents mangas comme Kenshin par exemple. Ce masque apparaît aussi dans différents mangas et animés qui s'inspirent de la culture japonaise avec d'autres masques comme le kitsune ou le oni.

    Pour les plus curieux, il existe même des dakimakuraqui s'inspirent du folklore japonais et même de ses démons ! Un mélange très étrange on vous l'accorde.

    Vous pourrez même le retrouver dans des jeux vidéos avec notamment dans overwatch avec le personnage genji. Maintenant que vous connaissez tout ce qu'il faut savoir sur ce démon vous pourrez repérer ce démon plus facilement dans les fictions et ainsi mieux interpréter l'histoire !

    Nous espérons sincèrement que cet article vous a plu. Pour vous remercier d'aller jusqu'au bout, voici un code promo de 15% valable sur toute la boutique: CODE : HANNYA15