Découvrir : le kintsugi | Eternal Japon

Découvrir : Le kintsugi

par Eternal Japon avril 06, 2021

kintsugi

Le kintsugi, également connu sous le nom de kintsukuroi, est l'art japonais consistant à réparer des poteries cassées avec de la laque saupoudrée ou mélangée à de la poudre d'or, d'argent ou de platine. La philosophie du kintsugi, qui se traduit directement par "menuiserie dorée", consiste à considérer la casse et la réparation comme faisant partie de l'histoire d'un objet, plutôt que comme quelque chose à dissimuler. La pensée qui sous-tend le kintsugi est souvent assimilée à la philosophie japonaise du wabi-sabi, qui consiste à accepter les défauts ou les imperfections.

L'esthétique japonaise valorise les marques d'usure qui témoignent de l'utilisation d'un objet. Cela peut être considéré comme une raison de conserver un objet même après qu'il se soit cassé et comme une justification du kintsugi lui-même, qui traite les fissures et les réparations comme un simple événement dans la vie d'un objet plutôt que de considérer que son service s'arrête au moment où il se casse. Le processus est également lié à la philosophie japonaise du mushin, qui se traduit par "sans esprit", et qui englobe les concepts de non-attachement, d'acceptation du changement et du destin comme aspects de la vie humaine.

Spécialiste de l'art et de la culture du Japon du début de l'ère moderne, Timon Screech, professeur d'histoire de l'art à l'École d'études orientales et africaines de Londres, a déclaré à Something Curated : "Il est possible que le bouddhisme soit à l'origine de ce phénomène : "Peut-être par le biais des croyances bouddhistes, les Japonais ont eu tendance à doter les objets courants (et non ceux de grande valeur, précisément) d'une présence spirituelle. Certains objets domestiques sont éliminés rituellement, tandis que d'autres restent dans la famille comme de vieux amis, réparés, et d'autant plus aimés pour cela. En fait, il y a beaucoup de points communs avec le rapiéçage des vêtements, comme cela se produit dans de nombreuses cultures : le rapiéçage le met en valeur."

kintsugi JAPON

La technique du kintsugi pourrait avoir été inventée vers le XVe siècle, lorsque Ashikaga Yoshimasa, huitième shogun du shogunat Ashikaga, après avoir cassé son bol à thé préféré, l'a envoyé en Chine pour le faire réparer. Malheureusement, à cette époque, les objets étaient réparés à l'aide de ligatures métalliques inesthétiques et peu pratiques. La tasse semblait irréparable, mais son propriétaire décida d'essayer de la faire réparer par des artisans japonais. Ces derniers, surpris par la fermeté du shogun, décidèrent de transformer la coupe en œuvre d'art en remplissant ses fissures de résine laquée et de poudre d'or. La légende semble concevable, car l'invention du kintsugi s'inscrit dans une époque très féconde pour l'art au Japon. Sous le règne de Yoshimasa, la ville a vu se développer le mouvement culturel Higashiyama bunka, fortement influencé par le bouddhisme zen, qui a donné naissance à la cérémonie du thé, aux traditions ikebana et au théâtre nô.

La forme d'art traditionnelle japonaise a eu une influence considérable, inspirant divers artistes et designers au niveau international. À Londres, Rose Murray, directrice du cabinet d'architecture intérieure TheseWhiteWalls, s'est largement inspirée du processus kintsugi pour créer The Broken Room, un espace de restauration privé dans le restaurant HIDE de Mayfair. Murray a déclaré à Something Curated :

"J'ai été vraiment attirée par la pratique du kintsugi car, au-delà de la simple conservation d'objets endommagés qui seraient autrement jetés, le processus célèbre activement leur beauté existante en liant les cassures avec une colle dorée, ce qui élève les fragments cassés de parties inutilisables à des pièces nouvellement chéries. Nous avons rendu visite aux céramistes des studios Turning Earth, qui fabriquaient à la main des ustensiles de service pour le restaurant situé à l'étage, et leur avons demandé si nous pouvions sauver de leur production des pièces déformées, défectueuses ou difformes qui auraient normalement été rejetées. Nous les avons fait réparer et dorer avec amour pour former la collection de vaisselle privée de la pièce, qui est maintenant exposée dans un meuble en chêne vieilli qui couvre tout le mur du fond."

Méthodes Kintsugi

kintsugi

Il existe 3 styles prédominants de Kintsugi : la fissure, la méthode des pièces et l'appel joint. Bien que, dans chaque cas, de l'époxy saupoudrée d'or, d'argent ou de platine soit utilisée pour réparer la poterie cassée, les techniques et les résultats finaux varient.

FISSURE

Les objets réparés selon la méthode des fissures sont retouchés avec un minimum de laque. Il s'agit de la technique la plus courante du Kintsugi, qui permet d'obtenir les veines chatoyantes qui définissent cette forme d'art.

MÉTHODE DES PIÈCES

Les œuvres restaurées avec la méthode des pièces comportent des fragments de remplacement entièrement en époxy.

APPEL CONJOINT

Les pièces fixées à l'aide de la technique de l'appel conjoint utilisent des pièces de forme similaire provenant d'autres objets brisés, combinant deux œuvres esthétiquement différentes en un produit unique et unifié.

5 Réparations d'or - Les étapes du Kintsugi

1 - Acceptation - Appropriez-vous et reconnaissez vos erreurs.

Blâmer les autres ou ne pas accepter sa responsabilité n'aide personne à long terme, surtout pas soi-même. Beaucoup d'échecs répétés de projets proviennent de ce scénario exact, d'une incapacité à lever les mains et à dire "J'ai fait une erreur".

Il est logique qu'avant de pouvoir apprendre de vos erreurs, vous deviez en accepter la responsabilité, votre rôle dans le résultat, le niveau auquel vous étiez en faute. Cela peut être inconfortable, mais tant que vous n'êtes pas en paix avec le fait de dire : "J'ai fait une erreur", vous ne pouvez pas être prêt à changer.

2 - Posez-vous les questions les plus difficiles

Prendre le temps de réfléchir à ce qui n'a pas fonctionné est l'une des choses les plus productives et thérapeutiques que vous puissiez faire après l'échec d'un projet ou un faux pas. Vous ne voulez pas vous attarder sur les aspects négatifs, mais lorsque vous posez les bonnes questions, vous en ressortez avec une nouvelle clarté que vous pouvez faire avancer.

  • Qu'est-ce qui n'a pas marché ?
  • Qu'ai-je appris ?
  • Y a-t-il un moment ou une action déterminante qui en est la cause ?
  • Quelle action aurais-je pu entreprendre, et à quel moment, qui aurait pu empêcher cela ?
  • Que vais-je faire mieux la prochaine fois ?


Assurez-vous de consigner vos réponses dans un journal - n'oubliez pas que personne d'autre ne doit voir ces réponses, alors SOYEZ HONNÊTE. Lorsque vous écrirez vos réponses à ces questions, vous serez en mesure de voir les choses de manière plus objective et de réagir plus logiquement, de manière mesurée et rationnelle.

3 - Créez un plan d'action

La majeure partie de votre kintsugi doit être axée sur la façon dont vous pouvez faire mieux à l'avenir.

En clair, vous devez maintenant établir un plan pour éviter de commettre une erreur similaire à l'avenir. Soyez précis et détaillé, et prévoyez une certaine flexibilité car votre prochain projet ne sera pas un copier/coller du précédent.

Et surtout, trouvez un moyen de vous responsabiliser ! Un collègue de confiance, un ami, un agenda, un nouveau cahier, un tableau Kanban, votre outil de gestion préféré, des post-it, des rappels sur votre téléphone... ce qui vous convient le mieux !

4 - Faites du succès une habitude

La volonté seule ne fonctionne pas. Peu importe votre degré d'autodiscipline, votre configuration par défaut est le chemin de moindre résistance. Il est pourtant facile de prendre un raccourci improductif ou d'opter pour l'option qui procure une satisfaction immédiate plutôt qu'un avantage à la fin du projet. Augmentez vos chances de ne plus faire d'erreur en faisant du succès une habitude.

5 - Soyez clair sur la raison pour laquelle vous ne voulez pas répéter l'erreur

Avez-vous déjà été au régime et un collègue vous apporte des beignets ? Il est très facile de céder à cette tentation.

Il suffit d'un seul moment de faiblesse pour anéantir tout votre bon travail. Cela arrive aussi dans les projets, alors faites en sorte qu'il vous soit plus difficile de répéter l'erreur en dressant une liste des raisons pour lesquelles vous ne voulez pas le faire ! Faites l'inventaire de la douleur que vous avez endurée la dernière fois, écrivez-le et lisez-le quotidiennement.

Considérez vos nombreux bleus et acceptez vos défauts comme des lignes d'or Kintsugi qui sont là pour nous permettre d'améliorer, d'apprendre, de montrer votre histoire et d'ajouter à votre valeur.

Eternal Japon
Eternal Japon


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Wabi Sabi
Découvrir le Wabi Sabi !

par Eternal Japon avril 06, 2021

Voir l'article entier
Haiku japonais
Haiku Japonais : Tout ce qu'il faut savoir

par Eternal Japon avril 06, 2021

Voir l'article entier
tsukuyomi
Tsukuyomi : la divinité de la lune

par Eternal Japon avril 06, 2021

Voir l'article entier