Yubitsume : auto-ablation des yakuzas | Eternal Japon

Yubitsume : auto-ablation des yakuzas

par Eternal Japon août 06, 2020

yubitsume

Yubitsume : qu'est-ce que c'est ?

Yubitsume

Le yubitsume est l'auto-amputation rituelle des doigts proximaux au niveau de l'articulation interphalangienne distale (DIP) chez les membres de la mafia japonaise, ou yakuza.

Cette pratique d'auto-mutilation est faite en signe d'excuse pour avoir commis une erreur jugée punissable par les membres de haut rang ou pour avoir violé le code des yakuzas.

Les membres du yakuza peuvent se présenter aux services d'urgence pour demander une assistance médicale afin d'arrêter une hémorragie ou de traiter une infection sur le site de la blessure après une auto-amputation ou pour faire rattacher la partie sectionnée du doigt blessé.

Yubitsume et yakuzas

doigt coupé yakuza

Le yubitsume est un acte d'automutilation qui a été associé aux membres de la mafia japonaise, également connue sous le nom de yakuza. Le yubitsume peut être volontaire ou involontaire et le définissent comme suit : Le terme "yubitsume" se traduit par "raccourcissement des doigts" Les auteurs passent en revue cette pratique des yakuzas.

Est-ce courrant ?

Une enquête gouvernementale de 1993 a révélé que 45 % des membres des yakuzas modernes avaient des articulations de doigts sectionnées, et que 15 % avaient effectué l'acte au moins deux fois. Ainsi, certains membres de yakuza peuvent présenter plusieurs doigts proximaux tronqués.

À noter qu'une personne qui subit un yubitsume n'est pas nécessairement un membre du yakuza. Cela peut aussi être le cas d'un homme d'affaires japonais en faillite, endetté envers un membre de yakuza par exemple.

Origines du Yubitsume

Yubitsume yakuza

Le yubitsume trouve son origine chez les joueurs japonais appelés bakuto. Le bakuto a introduit le yubitsume comme sanction pour des délits graves qui ne justifiaient pas l'exécution ou l'expulsion de l'organisation criminelle à laquelle le délinquant appartenait.

Cette pratique motivait un joueur à payer ses dettes, car s'il ne le faisait pas, il devait couper une partie d'un de ses petits doigts comme autre méthode de paiement. La douleur aiguë du processus n'était pas la seule raison pour laquelle le yubitsume était redouté.

Pourquoi cet acte ?

Les conséquences à long terme ont également été prises en compte. La troncature du petit doigt affaiblirait la prise du joueur sur son épée, le désavantageant ainsi dans de futurs combats à l'épée. En effet, en payant ses dettes, le joueur préserve sa capacité d'autodéfense.

La valeur pragmatique du yubitsume pour les chefs yakuzas est que le kobun, ou soldat, en infraction serait considérée comme plus dépendant de la protection de son patron, ou oyabun.

De plus, il serait plus vulnérable, car l'auto-amputation rendrait le combat au corps à corps et le maniement des armes à feu plus difficiles. Ainsi, le yubitsume reflète l'exigence des membres de respecter un code de conduite strict.

Qui décide du yubitsume ?

yakuza tatouage

Le yubitsume n'est normalement pas imposé comme une punition mais résulte plutôt de la propre décision du contrevenant de démontrer son repentir dans l'espoir d'éviter une punition plus grave, ou est effectué pour résoudre un problème ou un conflit dont la partie qui se sacrifie n'est pas responsable.

Le patron peut décider que le yubitsume n'est pas satisfaisant pour l'expiation, et le membre peut être obligé de commettre un seppuku, qui est un suicide par auto-démembrement, ou être expulsé du yakuza.

Significations & concepts

Lorsque le délinquant ampute volontairement son doigt pour éviter une peine plus lourde, le doigt amputé est appelé shuniyubi, ce qui signifie "doigt mort", et lorsqu'un membre de yakuza subit un yubitsume pour résoudre un conflit, le doigt amputé est appelé ikiyubi, ce qui signifie "doigt vivant", et est un symbole de loyauté sincère.

Le concept d'ikiyubi implique que l'exécutant du yubitsume n'est pas nécessairement un délinquant, ce qui va à l'encontre de la connotation fortement punitive du rituel.

Déroulement du rituel

yubitsume main

Il existe différents comptes rendus de la manière dont le rituel se déroule.

Un petit morceau de tissu propre est placé sur une surface plane. Le délinquant place sa main gauche, paume vers le bas, sur le tissu et utilise un tanto, ou couteau tranchant, pour amputer son petit doigt au DIP.

La partie sectionnée du petit doigt est enveloppée dans le tissu et remise au chef de la famille yakuza du délinquant, qui supervise l'événement. La partie sectionnée est enveloppée spécifiquement dans de la soie. Il est possible de faire cela sur plusieurs doigts.

Le rituel de nos jours

Le yubitsume est rarement pratiqué de nos jours. Le désir des yakuzas d'être moins voyants a peut-être conduit au déclin de cette pratique, et les principales formes de punition parmi les yakuzas sont actuellement les sanctions financières et l'expulsion de l'organisation.

Le yubitsume est moins répandu parmi les jeunes membres des yakuzas, affirmant qu'ils préfèrent payer une amende pour leurs délits, et notent également le rasage des cheveux, les sanctions financières, l'emprisonnement temporaire et l'expulsion temporaire comme punitions pour les petits délits.

Toutefois, des peines plus lourdes existent pour les infractions plus graves. Ces sanctions comprennent le yubitsume, le rinchi (lynchage), le hamon (expulsion de la famille yakuza), le zetsuen (expulsion permanente) et la mort. Les membres des yakuzas qui se coupent les doigts aujourd'hui le font le plus souvent involontairement.

Limiter les dégats

t-shirt yakuza

D'après des entretiens avec l'Agence nationale de la police japonaise, certains membres utilisent des anesthésiques pour pratiquer le yubitsume ou se rendent à l'hôpital pour se faire rattacher la partie sectionnée après l'avoir montrée à leur patron.

Les valeurs des Yakuzas

Comme la plupart des gangs, les Yakuzas ont des méthodes extrêmes pour leur prouver votre valeur. Si beaucoup de leurs membres sont lourdement tatoués, une grande partie d'entre eux n'ont pas non plus le petit doigt.

Traditionnellement, le délinquant doit amputer son doigt sans aucune aide, ce qui rend l'expérience particulièrement horrible à supporter. De plus, les anciens yakuzas ont du mal à se réinsérer dans la société, surtout s'il leur manque des parties du doigt.

Les emplois qui impliquent un travail manuel sont beaucoup plus difficiles sans un petit doigt perdu et ils ont souvent du mal à trouver du travail en raison de la stigmatisation.

Selon Shintaro Hayashi, un homme qui fabrique des parties du corps pour les survivants d'accidents et du silicone pour les patients atteints d'un cancer du sein, la demande de prothèses de doigts a augmenté au cours de la dernière décennie.

"J'ai commencé à voir une augmentation progressive du nombre de personnes qui demandaient des doigts prothétiques", a déclaré M. Hayashi. "Ce n'étaient pas des petits, moyens ou grands pinkies standards, mais des pinkies faits sur mesure."

C'est un rituel assez brutal qui doit être enduré afin de prouver votre loyauté au gang. Vous espérez que, compte tenu de la douleur qu'ils doivent endurer pour cela, la pratique suffira à empêcher les sujets de récidiver.

Eternal Japon
Eternal Japon


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Izanagi
Izanagi : père des Kamis Japonais

par Eternal Japon juin 08, 2021

Voir l'article entier
susanoo
Susanoo : Dieu des Tempêtes

par Eternal Japon juin 08, 2021

Voir l'article entier
BYAKKO
Byakko, le Yokai Tigre Blanc

par Eternal Japon juin 07, 2021

Voir l'article entier